Poster un commentaire

La jouissance des droits civiques : les femmes francophones haussent le ton

P1100500Un panel sur le thème « la Nationalité et l’Etat civil en Francophonie », s’est tenu ce vendredi au Grand Théâtre National de Dakar. Il est organisé par le Réseau Francophone pour l’Egalité Femme-Homme (RF-EFH).

Cette table ronde est l’avant dernier des huit (8) grands panels organisés par le Réseau Francophone pour l’Egalité Femme-Homme (RF-EFH), dans le cadre des activités du XVème sommet de la Francophonie, prévu les 29 et 30 novembre. Au cours de cette rencontre les femmes francophones ont passé au peigne fin les enjeux de la nationalité, mais aussi les problèmes relatifs à l’Etat civil dans l’espace francophone.

Selon la conférencière Michele Vianès, les Etats doivent harmoniser leurs dispositifs en vigueur relatifs à la nationalité et à l’Etat civil. Et cela pour une meilleure circulation des biens et des personnes ayant en partage le français. Abondant dans le même sens, le panéliste Ibrahima Kané a invité les pays francophones à favoriser la coopération internationale en matière d’Etat civil, de nationalité et de citoyenneté. A lui de rappeler que : « le concept de citoyenneté a été développé en Afrique de l’Ouest en 1982 bien avant l’Europe en 1992 ».

Concernant l’épineuse question de l’enregistrement des naissances, les membres du RF-EFH ont soulevé plusieurs obstacles. Selon elles, les frais d’accouchement constituent un alibi pour bon nombre de femmes pour ne pas déclarer la naissance leur enfant. Ce qui, à long terme hypothèque l’avenir de ce nouveau, en lui privant certains de ses droits voire tous. Au Sénégal, Seulement 65% de la population disposent d’acte de naissance, ce qui remet en question la nationalité des autres 25%, selon la juriste Top Sow, chef d’entreprise.

Or, l’enregistrement des naissances est un préalable à l’obtention de tout acte d’Etat civil, mais aussi et surtout, de la nationalité. De l’avis d’Ibrahima Kane, la pièce d’identité n’est qu’une preuve de l’identité et non de la nationalité. A cela s’ajoute également les difficultés des femme à se munir d’un acte de mariage qui selon elles, est aussi une protection contre les formes d’abus à leur égard (répudiation, violences, refus de contribution au ménage ou de devoir conjugal).

Par ailleurs, les participantes à ce 7è panel du RF-EFH ont salué l’avant-projet de déclaration des naissances par « téléphone » initié au Sénégal par l’ONG Aide et Action en collaboration avec le gouvernement sénégalais. Dans la même foulée, elles recommandent un système informatisé pour l’enregistrement des naissances afin de réduire voire éviter les fraudes et les falsifications des actes d’Etat civil.

A l’issue de ces huit (8) grands panels, le RF-EFH envisage d’organiser un atelier international pour capitaliser toutes les résolutions et recommandations formulées. Et ce, pour tirer la sonnette d’alarme en vue de rappeler aux chefs d’Etat leurs engagements et promesses à leur endroit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :