Poster un commentaire

Sommet de la Francophonie : L’Afrique invitée à chercher son propre modèle économique

L’Organisation internationale de la Francophonie (Oif) va, à partir de ce sommet, accentuer son travail sur la dimension économique dans l’espace francophone. Cependant,  les organisateurs du « contre-sommet de la Francophonie » disent que la seule voie qui sied aux Africains est celle conçue par et pour eux-mêmes.

« La situation des femmes et des jeunes a fait ressentir à la Francophonie le besoin de revoir sa politique. Elle va désormais s’accentuer sur la dimension économique afin de créer les conditions d’une coopération dynamique au sein de notre espace pour permettre à tout un chacun de tirer profit du potentiel que représentent les 77 Etats francophones », a déclaré le ministre des Affaires étrangères du Sénégal, Mankeur Ndiaye.

Cette nouvelle vision de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif) ne convient pas aux organisateurs du « contre-sommet de la Francophonie ». « Pour les Africains, la seule voie à emprunter est celle qui leur permet de tirer profit de leurs richesses. Celles-ci doivent profiter aux populations et non à des groupes. Un Africain conscient et informé ne peut pas emprunter la voie du libéralisme parce que c’est ce modèle économique qui a détruit notre continent. Il faut que nous prenions notre destin en main en mettant en place un système qui est conforme aux réalités africaines. En Afrique, la propriété individuelle, peut-être, qu’elle était reconnue, mais elle était faible par rapport au bien collectif. C’est cette Afrique que l’on doit retrouver », a répondu l’historien, Boubacar Diop.

 « L’éducation, la formation et l’organisation sont les trois leviers sur lesquels doivent s’appuyer les Africains. Il nous faut assurer le leadership qui permet d’articuler les intérêts collectifs et les intérêts des individus. Il ne faut pas désespérer parce c’est possible d’y parvenir. Nous allons continuer à véhiculer des messages parce que quand les idées justes pénètrent des masses, elles deviennent des forces matérielles », a-t-il noté.

« Maintenant, on va observer la voie que choisira la Francophonie. Pour l’instant, je n’ai pas encore vu un troisième modèle économique. Deux systèmes économiques existent dans le monde : le libéralisme et socialisme. Le socialisme veut que les peuples reprennent leur destin en main. Il préconise le partage des richesses au plan mondial. C’est ce système qui va nous amener vers un monde meilleur », a-t-il dit.

Selon M. Diop, la Francophonie était un dispositif pour défendre les intérêts de la France, principalement. Elle ne permet pas aux Africains de  développer leurs langues et leurs cultures. « Il nous faut surtout communiquer, d’abord, entre nous.  Le développement de nos langues est une priorité. Ensuite, nous pourrons parler les autres langues  du monde. Il ne faut pas qu’il y ait l’hégémonie d’une langue unique », a-t-il précisé. El Hadji Fallilou Fall

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :